Déco

1/7

Collectif Fearless Rabbits

Retour à la page Autour de la saison

La résidence

Du 12/04 au 24/04 2021, au Théâtre

La création

« Inspiré d'une histoire familiale, 1/7 questionnera le déni. Récit de l'indicible, mémoire des corps, vaine quête de rédemption, sentiment de culpabilité. Tenter de saisir quelle est la place de la justice dans ces schémas de l'oubli, de comprendre comment le déni pénètre la sphère familiale, comment rejeter un fait abîme. Tenter de saisir si le « dire », c'est guérir. Je souhaite travailler sur les formes du déni dans le cercle familial ainsi que sur le déni lié aux violences faites aux femmes. Cette volonté est motivée par mon histoire intime mais aussi l’incompréhension qui m’habite en tant qu’homme, face à une certaine absence d’écoute et de justice. Ce projet prendra la forme d’un spectacle de théâtre physique. Le travail s’attèlera à élaborer une esthétique des troubles et du conflit. Dans un processus dramaturgique inspiré du chemin de croix, il sera soutenu par une très grande physicalité mais aussi par l’oralité.
Entouré de mes collaborateurs artistiques, je convierai, en 2020, des femmes au plateau pour investir les rôles qui s’écriront tout au long de cette année de création. Cinq axes stimulent la recherche autour de ce projet : déni et mémoire, culpabilité, pénitence, justice et retrouver son visage

L'univers

1/7 parle avant tout d’un monde bâti sur des codes anciens, sacrés. La place de la femme, le déni, la religion sont autant de thématiques qui nourrissent la nécessité de certaines couleurs : l’or, le blanc, le rouge, le noir ; d’un cadre immaculé mais creux, fragile, qui semble stable mais peut s’écrouler à tout moment.
Les figures sont nombreuses : pleureuses, rescapées, survivantes, amazones, féministes, Christ en croix, chemin de croix pour alimenter l’univers esthétique de courants picturaux allant du classicisme, au romantisme et au cubisme de Picasso. Créer un pont dans notre Histoire, entre sacré et modernisme, entre cadre tranché et opportunité de pouvoir le disloquer – notamment en cherchant l’ouverture et la profondeur de champ –, explorer la question des frontières entre espaces intérieur et extérieur, entre monde visible et invisible, est encore plus à propos pour 1/7 que sur mes précédentes créations. Puisqu’ici, nous tissons un univers dont nous connaissons les codes ancestraux et modernes sans connaître et savoir ce qu’il restera, après.