Déco

Touchée par les fées, de Marie Desplechin

Compagnie les petites heures

France

Retour à la page spectacles 2018
à partir de 12 ans | Théâtre

Bon, d’accord, elle n’a jamais joué Puck dans Le Songe d’une nuit d’été, le rôle dont elle rêve depuis toujours. Mais Ariane Ascaride raconte si bien le reste de sa vie d’actrice que ce n’est vraiment pas un problème !

Tout a commencé avec Une proposition pour un jour d’été, commandé à Ariane Ascaride en 2010 par le Festival d’Avignon et la SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques) : pour parler du rôle de Puck dans Le Songe d’une nuit d’été, de Shakespeare, qu’elle a toujours rêvé de jouer, l’actrice fait appel à la romancière Marie Desplechin pour un texte sur mesure. Il deviendra Touchée par les fées, « mise en bouche » de sa vie, dont le metteur en scène Thierry Thieû Niang se charge de la « mise en corps ».

Toute menue dans une combinaison rouge de travail, comme une enfant grandie trop vite, elle sortira de la chrysalide revêtue d’une robe de princesse. De sa belle voix et sa tendre présence, Ariane va dérouler le fil et retisser ses souvenirs. Des projections de photos d’autrefois partagent la scène avec des moments de danse sur des lumières douces, comme des rayons de lune.

Elle raconte sa propre histoire, liée au théâtre depuis l’enfance. Son père, coiffeur d’origine napolitaine, mettait en scène et jouait des pièces du répertoire avec une troupe d’amateurs marseillais, issus de la Résistance. Ariane y a fait ses premiers pas, soucieuse de servir un art à la fois populaire et exigeant. Cette enfance, vécue sur les planches, a façonné l’actrice qui débute sous la direction de son frère Pierre. Souvenirs familiaux et images théâtrales se confondent dans ce monologue très personnel, offert en partage au public. « Ce rapport intime quasi fantasmagorique entre l’actrice et son art — dans une sorte de « théâtralité infuse » — rend Ariane Ascaride à la fois unique et universelle », souligne Thierry Thieû Niang.

L’histoire d’Ariane Ascaride avec le théâtre relève de l’engagement : « C’est une excellente école : sur un plateau de cinéma, il y a un capitaine, le réalisateur ; sur un plateau de théâtre, on est son propre capitaine... Il faut aller au combat. »

Ariane Ascaride

Élève d’Antoine Vitez et de Marcel Bluwal au Conservatoire National supérieur d’Art Dramatique de Paris, Ariane Ascaride a débuté en jouant de petits rôles au cinéma et dans les pièces de son frère Pierre : avec lui, elle a inventé le théâtre en appartement, en 1978, dans les tours de Bobigny. René Féret lui offre son premier rôle dans La Communion solennelle, en compétition officielle au Festival de Cannes en 1977. Puis Robert Guédiguian, son mari, fait appel à elle dans tous ses films, jusqu’à la consécration dans Marius et Jeannette (César de la Meilleure actrice 1998).

Le théâtre jalonne sa carrière avec bonheur, dans les pièces de Véronique Olmi, Eduardo de Filipo, Serge Valletti, Simon Abkarian. Elle a triomphé dans La Maman Bohême et Médée de Dario Fo, mis en scène par Didier Bezace.
La télévision l’accueille régulièrement et on se souvient notamment de George et Fanchette (Jean-Daniel Verhaege). Après avoir coécrit avec Robert Guédiguian le scénario de Le Voyage en Arménie (Prix d’interprétation au Festival de Rome 2007), elle a signé en 2010 sa première réalisation : Ceux qui aiment la France.

www.compagniedespetitesheures.com

A savoir :

> Bord de scène jeudi 19 octobre, à l'issue de la représentation.

> En partenariat avec l'association Ciné-Cinéma, Les Héritiers, avec Ariane Ascaride, sera projeté sur les écrans de Cap'Cinéma le vendredi 20 octobre à 13 h 45. Cette séance, ouverte à tous, est proposée au tarif préférentiel de 5,50 € pour les spectateurs munis du billet du spectacle Touchée par les fées. Ariane Ascaride sera présente à la fin du film pour un échange avec les spectateurs.

À voir aussi