Déco

Le paradis des autres

Cie Carna

France

Retour à la page spectacles 2018
Création 2018 à partir de 12 ans | Théâtre physique, danse

Imaginez un peu que vous soyez mort et que vous arrivez au Paradis. Jusqu’ici tout va bien. Mais dommage, ce n’est pas le bon Paradis. Une erreur d’aiguillage.

Après avoir abordé les notions d’exil et d’identité avec Les brûleurs de route en 2010 et celle de la relation au travail avec 3949, veuillez patienter en 2014, Antoine Germa continue de se confronter à des thèmes sociaux délicats.
Pour ce nouveau projet, c’est la thématique des « croyances » qui est questionnée. Ce début de millénaire nous invite à questionner notre volonté, nos désirs profonds, nos doutes quant au divin… Est-il nécessaire de croire ? Comment s’opèrent les mécanismes d’adhésion à une croyance ? Peut-on ou doit-on croire ?

Le sacré s’est logé dans la société civile (dans l’étymologie, dans les moeurs, les rythmes calendaires) Il est partout, autour, il nous englobe. On s’y réfère… Les médias nous donnent à penser qu’un retour fort d’adhésion aux croyances s’opère actuellement. Existe-t-il réellement une montée de la foi et de l’adhésion aux religions ? Les mouvements religieux sont-ils salutaires pour l’être humain ? N’y a-t-il qu’une seule voie ?

La compagnie fait le choix d’ancrer ces questionnements et le propos dans un espace précis, ici un lieu commun aux trois grands monothéismes, un espace de convergence, un carrefour propice à toutes les fabulations et extrapolations : le Paradis. (...)
Par le biais de l’entretien sociologique, des témoignages de « professionnels » de la foi : prêtres, rabbins, imams, ont été recueillis. En s’inspirant de leurs trajectoires, des thèmes ont émergé comme la « vocation », « l’appel », la « beauté iconographique » mais aussi l’amour, l’ennui ou la solitude, thémes qui seront traduits par des propositions chorégraphiques et sensibles qui laisseront la place à l’imaginaire, à l’onirisme, voire à l’absurde, en manipulant les codes qu’inspire le paradis.

Antoine Germa continue d’explorer et d’approfondir le langage des corps en mouvement et son rapport à l’espace, tout en expérimentant des passerelles vers des disciplines artistiques qui viennent complémenter et enrichir la démarche de création. Comment partir de nos gestes habituels, de nos états de corps, de nos sensations intérieures pour les utiliser comme un appui dramatique et construire des axes chorégraphiques.

Extrait de la note d’intention

Cie Carna

Née dans les années 2000 à Parthenay (79), la compagnie Carna puise d’abord son énergie dans les arts du cirque. Une tournée d’un an en Amérique Centrale (spectacles de rue) pose les bases du projet artistique de la compagnie : la transversalité et la rencontre de différents langages (danse, texte, arts du cirque, arts numériques...). Notre recherche est proche d’un « théâtre physique » où la relation à l’autre est essentielle. Nous envisageons notre compagnie comme un lieu d’expérimentations, de confrontations et d’échanges. Éprouver ce langage de l’instant, animer la matière corporelle comme le foyer de l’intime et en dégager une forme de communication simple, de partage avec l’autre. Les mots ont aussi leur place dans ce parcours comme une prolongation du corps. Nous aimons parler de « théâtralité du mouvement ».

Nous cherchons à créer un langage corporel singulier à partir de problématiques sociétales, de l’ancrer dans une scénographie épurée et de le confronter au texte, à la musique et à la vidéo pour faire émerger une proposition originale, un point de vue. Une volonté de dire et de questionner le politique et l’intime, les transformations sociales profondes de notre société et leurs impacts sur notre quotidien et notre perception du monde.

La compagnie Carna mêle de front la création artistique, la mise en place d’actions culturelles, de sensibilisation et l’organisation d’évènements sur le territoire parthenaisien.

www.carna.fr

À savoir

> Bord de scène à l'issue de la représentation

> Spectacle en coréalisation avec l'OARA

> Coproduction de L'Odyssée

À voir aussi