Déco

ABUC

Roberto Fonseca (Cuba)

France

Retour à la page spectacles 2018
En coréalisation avec le sans réserve, smac périgueux Tout public | Jazz, musique du monde

Kaléidoscope coloré, ABUC raconte la riche histoire de la musique cubaine. Fourmis dans les pieds 100% garanti : rumba, mambo et tous les rythmes latino escortent Roberto Fonseca pour un concert ébouriffant, cuivré et chaud bouillant !

Avec ABUC (palindrome de Cuba), Roberto Fonseca se révèle conteur, dans un foisonnement de rythmes canailles et de cuivres puissants. Ce pianiste d’exception nous emmène très loin, dans son île, pour des balades romantiques et aussi des fêtes endiablées, les pieds dans le sable, la tête au soleil. Chants, percussions, trompettes et guitares électriques s’unissent au piano, effets électro en prime. Voilà un concentré énergique de tradition cubaine stimulé par la modernité, un voyage coloré dans les jams cubaines où les musiques se métissent, où le passé colle au présent.

Roberto Fonseca raconte la musique cubaine à sa façon et à son rythme, invite des allusions au passé dans une musique résolument actuelle, en s’affranchissant de la chronologie pour zigzaguer au fil du temps et des titres. Il mélange les époques et les styles, associe des musiques de diverses périodes dans un même morceau. Clins d’oeil au passé et regard ultra contemporain sur son île s’enchaînent. Les rythmes cuivrés et hip-hop se marient, le son si singulier de l’orgue Hammond et la touche électro.

Afro Mambo concentre la magie présente sur tous les autres titres : voix, percussions et riffs cuivrés attisent les prouesses du piano, pour un mambo à la fois typique et inclassable. Contradanza, cha-cha-cha, danzon, mambo, boléro et hip-hop émaillent le concert, qui s’ouvre et se referme sur une déclaration d’amour à l’union de la musique cubaine et du jazz, particulièrement celui de la Nouvelle-Orléans. Ce même Cubano Chant, orchestré en ouverture, puis repris au piano, est une composition du pianiste de jazz américain Ray Bryant (1931-2011). « Un nom entré dans l’histoire. Il a dédié ce très beau thème au chant cubain. Alors, j’ai voulu lui exprimer ma gratitude en commençant l’album sur ce thème. Du jazz américain, mais recréé avec l’âme de la guaracha. »

Roberto Fonseca

Ce brillant pianiste cubain attire déjà l’attention sur lui alors qu’il n’a que 15 ans, pour son premier passage au Festival International de Jazz de La Havane. Après l’Institut supérieur des arts de La Havane et un premier album solo (Tiene que ver) sorti à Cuba en 1999, il remplace Rubén González au sein du fameux collectif Buena Vista Social Club™, puis accompagne Ibrahim Ferrer lors d’une tournée mondiale de 400 dates.

Avec la chanteuse malienne Fatoumata Diawara, il trace un trait d’union avec l’Afrique (album At Home enregistré à Jazz à Marciac, en 2015). Autant dire que ce génie du piano, parti très vite et très fort, ne pouvait qu’être rapidement nominé aux Grammy Awards, chose faite en 2014 pour le meilleur album Latin Jazz.

http://www.robertofonseca.com/fr/#1

À savoir

> En coréalisation avec le Sans Réserve, SMAC de Périgueux, et en partenariat avec Tin Tam Art

À voir aussi