Déco

Tristan & Isolde « Salue pour moi le monde ! »

Ballet du Grand Théâtre de Genève

Suisse

Retour à la page spectacles 2017
Dès 8 ans | Danse néo-classique

Une splendeur. Un grand ballet dans son harmonie d’ensemble et son extrême précision technique individuelle, une scénographie épurée et des étoffes soyeuses. Le summum de l’esthétique et de l’exigence.

Toute la première partie de l’histoire intervient sous forme de flashs, projetés sur un écran de tulle, qui assure un effet de flottement, comme dans un rêve éveillé. Quand le rideau se lève et le passé s’évanouit, le cœur de l’histoire, se joue alors, celle de deux êtres qui par l’effet d’un philtre d’amour s’éprennent éperdument l’un de l’autre. Mais la belle est mariée et le drame va poindre…

Des vagues de draps vaporeux submergent Isolde, vêtue du rouge sang de la passion, système dans un océan aux couleurs de la vie ordinaire. Arrimés l’un à l’autre par un savant de cordages, les portant aux nues pour mieux les ramener sur terre, Tristan et Isolde vivent leur destin en suspension, instant magique d’où on les arrache douloureusement.

De forêt de palissades, combats en étreintes, séquences au sol ou aériennes, terre tamisée et escalier poussant vers l’infini. Les visions sont puissantes et fulgurantes ; les scènes saisissantes, certaines, à la lueur de bougies, sont dignes d’un de La Tour… L’élégance et la finesse guident cette chorégraphie. L’agonie de Tristan, blanc linceul en sursis enseveli par l’amour d’Isolde, parée de blanc elle aussi, nous conduit éperdument à des noces funèbres, dont les amants émergent de la boueuse marée humaine pour mieux s’y laisser engloutir.

 

Le ballet du Grand Théâtre de Genève

Au début du XXe siècle, les plus grandes troupes de ballet sont invitées sur la scène du théâtre de Neuve, notamment Isadora Duncan ou Nijinski avec les Ballets russes. Ce n'est qu'à sa réouverture, en 1962, que le Grand Théâtre se dote de sa propre compagnie de ballet, qui explore d’emblée la pluralité stylistique de la danse au XXe siècle, avec des artistes comme George Balanchine, Mikhaïl Baryshnikov ou Rudolf Noureïev.

Aujourd'hui dirigé par Philippe Cohen, le ballet du Grand Théâtre comprend vingt-deux danseurs de diverses nationalités. De formation classique, ils interprètent des chorégraphies néo-classiques et contemporaines au rythme de deux nouvelles créations par saison, des reprises de pièces de leur répertoire, des tournées, des animations scolaires et des ateliers chorégraphiques.

www.geneveopera.ch

 

La chorégraphe

Depuis la création de leur compagnie en 1980, Joëlle Bouvier a co-signé avec Régis Obadia 15 œuvres chorégraphiques diffusées dans le monde entier, coréalisé 4 courts-métrages, primés dans de nombreux festivals (FIPA d’Argent, Sélection officielle au Festival de Cannes 1989,…) et réalisé plusieurs clips vidéo dont Casser la voix, de Patrick Bruel (Victoires de la Musique 1990 et Starclip 1990).

Elle a été co-directrice du CCN du Havre de 1986 à 1992, et du CNDC d’Angers de 1993 à 2003. Elle a reçu le Grand Prix de la Danse SACD.

 

À savoir

Ce spectacle a reçu le Grand Prix du meilleur spectacle chorégraphique de la saison, au Prix de la Critique 2016.