Déco

Les nuits barbares ou les premiers matins du monde

Compagnie Hervé KOUBI

France

Retour à la page spectacles 2018
Dès 8 ans | Danse

Avec puissance et intensité, ce ballet originel nous entraîne vers les cultures ancestrales des pourtours de la Méditerrannée, véhiculées par douze danseurs algériens et burkinabés aux corps superbement sculptés.

Dans une scénographie épurée, un carré blanc au sol accueille la parade virile de danseurs munis de bâtons, de chaînes, de lames et de somptueux masques incrustés de cristaux qui accrochent magnifiquement la lumière.

Des musiques traditionnelles d’appel au combat, alternent avec un répertoire classique, sacré et contemporain, l’ensemble formant un tout très singulier, à fort caractère. Mêlant l’approche charnelle, massive et tribale, à une chorégraphie aérienne et subtile, Hervé Koubi instaure un dialogue troublant, de l’ordre de la grâce animale.

Après le succès immense de Ce que le jour doit à la nuit, présenté à l’Odyssée en 2015, le chorégraphe poursuit son aventure 100% masculine avec onze danseurs algériens et un danseur burkinabé pour s’attacher à montrer la richesse et le raffinement des civilisations ancestrales du pourtour de la Méditerranée.

Il partage avec le public son envie d'aller vers l'autre, vers l'inconnu, à l'encontre d'une actualité qui oppose souvent ce « bon côté » de la Méditerranée, dit civilisé, à ceux qui usent d’une violence gratuite. Il s’inspire des cultures Vandale, Perse, Goth, Celte, Hun et Arabo-musulmane pour signer un hymne au métissage, qui nous enrichit par-delà nos différences. Et nous éblouir une fois encore.

 

Hervé Koubi

Hervé Koubi a découvert fort tard ses origines algériennes, ses parents voulant s’intégrer si fort à la France qu’ils en effaçaient leurs racines. Celles-ci ont poussé d’autant plus en lui, bouleversant sa vie pour le placer en recherche de son histoire familiale, dans une quête universelle qui nourrit désormais une œuvre intime et touchante.

Docteur en pharmacie, pharmacien biologiste, il a mené de front sa carrière de danseur chorégraphe et d’étudiant à la faculté d’Aix-Marseille. Hervé Koubi a intégré en 1999 le Centre Chorégraphique National de Nantes. Il a travaillé par la suite avec Karine Saporta au Centre Chorégraphique National de Caen et Thierry Smits Compagnie Thor à Bruxelles. En 2000, il crée son premier projet Le Golem.

Il intervient dans des centres de formation professionnelle en France et à l’étranger. Depuis 2014, Hervé Koubi est chorégraphe associé au Pôle National Supérieur de Danse (l’Ecole Supérieure de Danse de Cannes et Ecole Nationale Supérieure de Danse de Marseille). Depuis 2015, il est chorégraphe associé au Conservatoire de Danse de Brive-la-Gaillarde et sera chorégraphe associé pour 2016/2018 au Théâtre du Briançonnais – Scène conventionnée de Briançon.

www.cie-koubi.com

 

À savoir

> Les masques-bijoux portés au début de la pièce, sont réalisés avec le soutien et les meilleurs cristaux de la marque Swarovski.

> Hervé Koubi et ses danseurs retrouveront le public pour un bord de scène, à l’issue de la représentation.