Déco

Soritat

Cie Timshel - avec La Mal Coiffée

France

Retour à la page spectacles 2018
coup de cœur À partir de 10 ans | Concert, danse, polyphonies occitanes… au féminin

Un paysage primitif, terre battue, cercles de pierres et branches en suspens, s’éveille sous le tournoiement de danses traditionnelles et le souffle d’ancestrales mélopées occitanes.

Soritat mêle danses traditionnelles (soufie, capoeira ou butō), polyphonies occitanes et grâce corporelle. Cette partition pour neuf femmes - cinq danseuses et quatre chanteuses du groupe La Mal Coiffée - visite le registre féminin à partir de Femmes qui courent avec les loups, de Clarissa Pinkola Estès, livre phare qui explore l’archétype de la femme sauvage. Les corps s’exposent dans une esthétique créative et les voix montent avec l’intensité d’un choeur rythmique.

Le registre de la sororité explore d’étranges chemins : sorcières, Vierge Sainte, futures mariées, sauvageonnes fugitives. Les pieds bien sur terre, la tête dans l’infini, ces dix divines captent un esprit païen originel, canalisent des forces naturelles qui aimantent le regard.

Les secrets de la sexualité féminine y sont approchés avec force et sensibilité, dans l’alchimie subtile de l’intime universel. L’émotion palpite comme dans une étreinte, mêlant pureté et poésie dans une fougue acrobatique.

Ce spectacle de chair et de son, de souffle et de gestes, s’épanouit dans un charme aérien et le temps, suspendu, s’étire pour raconter ce que les femmes taisent si bien.

Soritat est un spectacle qui parle aux femmes… et aux hommes qui aiment les femmes.

 

L'équipe artistique

Avec Soritat, voix et corps sont au diapason.

Cécile Fradet excelle dans la danse acrobatique, mais sa curiosité l’a aussi conduite vers le théâtre gestuel, elle balance du mouvement à l’émotion.

Sanja Kosonen glisse sur un fil, en talons hauts, l’âme sauvage et la chevelure flamboyante.

Béatrice Lalanne explore les chants et les danses du monde entier, depuis l’enfance : ses girations soufies sont de bouleversantes performances.

Clémentine Lamouret, en madame Loyal ingénue, va de corde en branche suspendue interroger la représentation féminine.

Marie-Anne Michel évolue sur un mât pour danser à la verticale, figure de madone, fluide et inquiétante.

La Mal Coiffée est du genre qui décoiffe, forcément : l’énergie diffusée par ce quintet vocal est à la fois ébouriffante et à fleur de peau. Le chant traditionnel occitan, ainsi ranimé, se fait percussions. La langue d’Oc se pare de poésie, donne la cadence aux thèmes du quotidien, amour ou travail.

Fabienne Teulières signe la mise en scène. Cette cofondatrice du collectif du Cirque désaccordé, issue du CNAC, a ensuite porté des projets personnels avant de créer la compagnie Timshel.

https://vimeo.com/71498530

www.facebook.com/cietimshel

 

À voir aussi

  • Vicente Pradal
    Musique, poésie, danse flamenca, jonglage
    +
    ven 18 mars
  • Wajdi Mouawad inspiré par Annick Bergeron et Nayla Mouawad
    Théâtre
    +
    mar 22 et mer 23 mars