Déco

La Vie (titre provisoire)

François Morel mise en scène de Juliette

France

Retour à la page spectacles 2018
à partir de 12 ans | Cabaret, musique et chant

François Morel partage avec sa troupe, et avec le public, l’élan vital qui fait la sève de ce spectacle : il choisit définitivement la vie… Jusqu’à ce que mort s’ensuive ! En attendant, il réconcilie chaque humain avec la fragilité d’exister.

Déployés en demi-cercle autour de François Morel, les musiciens et les instruments attendent leur heure : un vibraphone, des percussions, un violoncelle, une guitare, un piano, une trompette… Au micro, l’artiste chante la douceur de solitudes qui se réparent, des vagues à l’âme portés par des valses musettes, des ritournelles capables de réenchanter le quotidien, des airs joyeux pour chasser les mauvais tours de la vie. Les chansons parlent du cinéma de papa ou de manifestations, rendent hommage à Aznavour ou Brassens.

« … Je ne sais plus qui a dit, elle est pas belle la vie ? » Ce refrain donne le ton de tout le spectacle, conçu avec le malicieux auteur-compositeur Antoine Sahler — déjà là pour l’écriture de Le Soir, des Lions —, sous le regard complice de l’immense Juliette. Comédien, chanteur et poète, François Morel s’est entouré d’un groupe de femmes de talent, ses multi-instrumentistes préférées : les excellentes saxophonistes de jazz Lisa Cat-Berro, Sophie Alour et Tullia Morand, la percussionniste Muriel Gastebois… Sans oublier, côté messieurs, le violoncelliste Amos Mâh. L’artiste est attaché à une équipe de confiance, partageant un même esprit d’à propos sur l’état du monde. Pour rire de ses travers et de ses défauts.

Dans ce cabaret de la vie qui va comme elle peut, le regard est d’abord tendre et humaniste. En parfait dompteur de mots, François Morel nous entraîne dans son élan et n’a pas son pareil pour se réinventer, pour s’aventurer vers d’autres rivages musicaux tout en continuant à offrir au public son univers attachant et passionné. Voici du Morel dans le texte ; et dans le coeur. Teintées d’une certaine mélancolie, depuis les terribles attentats qui ont frappé la France, ses chansons s’écoutent comme un baume musical, une douce et délicate consolation. Sans tristesse. Certaines sont intemporelles, d’autres existentielles, d’autres encore pétillantes et légères.

François Morel

François Morel débute sa carrière de comédien dans la troupe de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff, il est aussi Monsieur Morel dans Les Deschiens sur Canal + de 1993 à 2000.
Il écrit et interprète Les Habits du dimanche. Il crée le spectacle Bien des choses en juillet 2006 avec Olivier Saladin. De fin 2007 à 2009, il joue dans Les Diablogues de Roland Dubillard avec Jacques Gamblin. En mai 2011, il met en scène Instants critiques, spectacle à partir des échanges entre Jean-Louis Bory et Georges Charensol (Le Masque et la Plume). De fin 2011 à début 2013, il est Monsieur Jourdain dans Le Bourgeois Gentilhomme mis en scène par Catherine Hiegel.

Par ailleurs, il est acteur au cinéma et écrit des chansons. Depuis 2009, il est chroniqueur sur France Inter.
Entre François Morel et La Coursive (La Rochelle), c’est une histoire de fidélité, depuis le concert Le soir, des lions, déjà mis en scène par Juliette, en 2010. Puis ce fut, en 2013, La fin du monde est pour dimanche. Et voilà cette drôle de vie, dont le succès ne se dément pas depuis janvier 2016.

À savoir

> Bord de scène le jeudi 29 mars, à l'issue de la représentation

> Ce spectacle fait l'objet d'une passerelle avec le Nantholia, espace culturel de Nantheuil

À voir aussi