Déco

Il teatro alla moda

Direction d'Amandine Beyer

France

Retour à la page spectacles 2018
Tout public | Musique classique

Amandine Beyer, une véritable virtuose qui a su renouveler l’image de la musique baroque, au point d’attirer les foules vers des répertoires rares ou peu joués.

Le titre du concert, « Teatro alla moda », se réfère à celui d’un pamphlet satirique du compositeur Benedetto Marcello, publié pour la première fois à Venise en 1720, dans lequel l’auteur exprime des opinions critiques sur le milieu de l’opéra italien, dans les premières
décennies du XVIIe siècle.

Tout cela n’a pas beaucoup à voir avec le contenu du concert, sauf qu’Antonio Vivaldi composait aussi des opéras, dont on ne trouve ici qu’une trace : la symphonie d’ouverture de l’Olimpiade. En outre, cette production comporte six concertos pour violon, dont l’un (le RV 322) bénéficie d’une reconstruction de la partie de violon effectuée par Amandine Beyer et Olivier Fourés. Pour ce qui est des raretés, Amandine Beyer nous fait entendre le Largo du Concerto pour violon en ré majeur RV 228, écrit « per l’Orchestra di Dresda », présenté ici dans la version qui a probablement été remaniée par Johann Georg Pisendel.

Bien que le contenu du concert cache de nombreux secrets, surtout en ce qui concerne l’authenticité des partitions reconstruites, le programme proposé par Amandine Beyer est cohérent et séduisant. L’artiste nous fait découvrir, d’une part, un Vivaldi splendide, virtuose et plein de vigueur. D’autre part, très humaine sur le plan de l’interprétation, elle trouve un juste milieu entre l’énergie de cette musique et le côté poétique de celle-ci, soit un équilibre qui fait que « apollinien » et « dionysiaque » s’entendent à merveille.
Les prestations données par Amandine Beyer et l’ensemble Gli incogniti sont d’une élégance extraordinaire : jamais tendues, elles se font remarquer par la légèreté du phrasé, la fluidité et la précision rythmique. Dotée d’une technique impeccable, la violoniste opte pour des
tempos vifs et peu de vibrato, au détriment de la pureté du timbre et de la puissance sonore, ce qui résulte, peut-être, du fait qu’elle joue sur un instrument historique. Son violon produit des sonorités brutes et violentes dans les basses, mais à la fois envoûtées par une chaleur rayonnante dans les aigus. Dans le concerto « Violino in Tromba », ces sonorités sont constamment rustiques, voire âcres et rauques, tellement elles semblent abstraites et étranges.

L'ensemble gli incogniti

Fondé par Amandine Beyer en 2006, lʼensemble tire son nom de lʼAccademia degli Incogniti, à Venise. De ce nom, il tente également dʼhériter lʼesprit : un goût pour lʼinconnu sous toutes ses formes. Lʼexpérimentation des sonorités, la recherche du répertoire, la redécouverte des classiques. A la suite des nombreuses récompenses qui ont salué la sortie de son premier enregistrement de lʼintégrale des concertos pour violon de J.S. Bach, lʼensemble sʼest produit dans de nombreuses salles très prestigieuses, telles que l’Opéra de Monte Carlo, lʼOpéra de Dijon, le Théâtre de la Ville (Paris), le Festival Via Stellae (Espagne), Tage Alter MusikRegensburg (Allemagne), le Festival de Saintes, le Festival de Lanvellec, le Festival de Sablé… La publication de son deuxième disque, NuovaStagione, consacré aux concerti, encore inconnus, que Vivaldi a composé pour les orphelines de la Pietà à Venise, a obtenu des critiques très élogieuses et a été salué comme « lʼenregistrement de référence de cette oeuvre».

En 2016 lʼensemble a célébré les dix ans de sa création avec de nombreux projets, dont notamment un nouvel enregistrement consacré à la musique vocale de Pachelbel en collaboration avec le ténor Hans-Jörg Mammel, mais également un retour aux sources avec la musique de Vivaldi, au travers de deux projets de concerti très différents : dʼabord Il Teatro a la Moda, consacré à divers concerti pour violon et sinfonias empruntés aux opéras de A. Vivaldi (paru chez Harmonia Mundi à l’automne 2015), puis les Doubles Concerti pour violon, dans une collaboration de rêve et au sommet avec l’immense violoniste italien Giuliano Carmignola.

www.amandinebeyer.com/fr/accueil.php

Programme

Antonio Vivaldi – Il Teatro alla Moda
Sinfonia en ut majeur de L'Olimpiade RV 725
Concerto pour violon en sol mineur “La Mandinetta” RV 322
Concerto pour clavecin en la majeur RV 780
Concerto pour violon en fa majeur RV 282

(entracte)
Concerto pour “violino in tromba” RV 313
Concerto pour violoncelle en la mineur RV 421
Concerto pour violon en re majeur RV 228

À voir aussi