Déco

Humanoptère

Compagnie la main de l'homme

France

Retour à la page spectacles 2018
Création 2017 à partir de 12 ans | Jonglage, gestes

Allégorie du travail à la chaîne, en gestes et jonglage. Clément Dazin croise les atouts de sa pratique, pour en exploiter tout le potentiel.

Le travail est un paramètre central dans la construction de notre identité. La première question posée à une personne que l’on rencontre porte souvent sur sa profession. La définition même de ce mot, est aussi liée à la souffrance. On utilise d’ailleurs inconsciemment le vocabulaire militaire et la lexicologie religieuse pour décrire les qualités professionnelles : sens du sacrifice, dévouement, engagement, vocation, mission. L’utilisation de ces champs lexicaux entraîne une glorification de la souffrance et de l’effort. Il semble néanmoins que ce rapport au travail soit actuellement remis en question dans notre société….

Dans son nouveau projet pour 7 jongleurs, Clément Dazin propose une vision allégorique de la notion de travail dans notre société, au travers des corps et du jonglage. Il tente de mettre en évidence l’absurdité qui enveloppe notre quotidien au travail, pour la sublimer et en faire ressortir l’essence même. La première définition du mot « travail » dans le dictionnaire pose question : « état d’une personne qui souffre, qui est tourmentée, activité pénible ».
Sur la scène, 14 mains seront en action perpétuelle pour imager la société au travail. L’écriture du mouvement au plateau et l’idée de pièce chorégraphiée trouveront une place prépondérante dans ce processus de création. Introduit comme « un éloge de la lenteur en réponse à l’urgence de ralentir », ce spectacle de pur jonglage affiche sa foi indéfectible dans la répétition du mouvement et la férocité du travail, pour auréoler d’une humanité vulnérable, cette partition de groupe aux accents visuels et rythmiques ciselés.

Depuis son spectacle le Bruit de couloir, Clément Dazin a mis en place un langage chorégraphique qui est un écho corporel profond, au désir de développer un mouvement dans toute sa durée, de le suspendre. Non par la lenteur, mais par la rapidité de sa décomposition, par une exécution parfaite, dans un  « déroulé » tout en sensation du jonglage. Il saisit aussi l’occasion de ce projet ambitieux pour transmettre à sept jongleurs - le plus jeune sort de l’école et le plus âgé a plus de trente ans de carrière - ce jonglage chorégraphique qui lui est propre. Le travail de construction est mené à partir de leurs propositions et de leurs personnalités.

La compagnie la main de l'homme

Clément Dazin se forme à l’école de cirque de Lyon puis au Cnac. Au cours de ces formations, il développe son univers en explorant les liens entre la danse contemporaine, le théâtre gestuel, la danse hip-hop et le jonglage. En 2012, il tourne avec This is The End, spectacle de la 23e promotion du Cnac, mis en scène par David Bobée. En 2013, il créé Bruit de couloir, solo de jonglage dansé.

En 2015, il continue de tourner Bruit de Couloir et lance le projet Humanoptère, pièce de jonglage chorégraphique pour laquelle il s’entoure de 7 jongleurs.

À savoir

> Ce spectacle est lauréat des plateaux du groupe Geste(s) 2016

> Coproduction de L'Odyssée

> En coréalisation avec Agora, PNAC Boulazac Nouvelle-Aquitaine

À voir aussi